Information complémentaire

Chemin géologique

1. LE PHARE DE S'ARANELLA

Nous pouvons commencer notre itinéraire au phare d'où nous pouvons voir toute la baie. Juste là, on peut voir la pegmatite, une roche qui forme des plis qui s'insèrent dans les schistes. La pegmatite est une roche qui se distingue par ses couleurs claires, et dans laquelle on peut voir un grand nombre de cristaux de quartz (transparent), de feldspaths (blanc), de mica blanc (brillance très marquée) et quelques cristaux de tourmaline noire. Cette roche a été formée par le refroidissement d'un matériau en fusion injecté dans les fissures des schistes.

 

2. LA PLAGE DE LA VALL

En suivant le sentier côtier, nous pouvons voir la silhouette côtière avec plusieurs îlots et récifs. Avant d'arriver à la plage de La Vall, nous passerons par une série de grottes causées par l'action érosive des vagues. Résultat de cette même érosion, et déjà à la plage de La Vall, on peut voir des pierres très travaillées et rondes, parmi lesquelles on peut distinguer toutes sortes de minéraux et de roches qui sont venus ici entraînés par le ruisseau qui descend des montagnes de Sant Pere de Rodes.

 

3. LE CHEMIN DE RONDE

Si nous continuons sur le même chemin vers la ville, nous trouverons une série de petites falaises et de nombreuses criques. Le long du chemin, il y a une végétation côtière abondante adaptée aux environnements salins comme le bufalaga, le citron, la fenouil de mer, le souci de mer (armeria maritime), etc.

 

4. LES GNEISS DU PORT DE LA SELVA

Il faut traverser la commune et se diriger vers son extrémité nord en direction des plages du Pas, des Clisques et des Violetes, formées suite à l'exploitation des carrières de gneiss. Le gneiss de Port de la Selva se caractérise par son grain fin, sa couleur grisâtre et son aspect uniforme. C'est une roche très compacte qui présente d'abondants microplexes qui montrent une certaine plasticité dans sa formation. L'érosion éolienne et les conditions sanitaires font qu'à certains endroits ces gneiss présentent des trous.

4.1 EL PAS : El Pas est une crique de galets arrondis résultant de l'action érosive du vent et des vagues. Comme mentionné ci-dessus, cette zone a été modifiée par l'homme. Autour de cette plage, une carrière à ciel ouvert était exploitée d'où étaient extraits marbres et schistes.

4.2 LAS VIOLETES ET LAS CLISQUES: Ce sont des plages idéales pour contempler le modelage des schistes, qui ont été causés par les processus d'érosion. Si nous observons attentivement les rochers qui composent la plage, nous nous rendrons compte qu'ils regorgent de formes :

- Tafoni : cavités métriques développées dans des parois verticales ou modérément inclinées de roche non altérée.

- Alvéoles et nids d'abeilles : Cavités similaires au tafoni mais avec des mesures centimétriques. Lorsque les alvéoles sont très nombreuses et rapprochées, on les appelle nids d'abeilles.

- Microprotubérances : Petites protubérances et cavités développées par l'altération différentielle des cristaux de roche.

- Nervures : saillies centimétriques allongées formées par l'altération différentielle des coutures existantes.

Nous devrons suivre l'itinéraire le long de la route, qui longe la côte et laisse les plages en contrebas.

 

5. LA PUNTA DE LA CREU

En suivant le chemin le long du bord de mer, nous arriverons à Punta de la Creu, où se trouve un autre affleurement de pegmatite qui présente une certaine symétrie avec celle de s'Aranella. Ici et en contrebas de la route, les caractéristiques du schiste sont vues en détail. Dans cette zone apparaissent les premiers filons de pegmatites (roches orangées ou claires qui contrastent avec la couleur noire des schistes) qui ont leur minéralogie et les dispositions en forme de disques plissés qui ont accompagné le magmatisme qui a donné naissance aux pegmatites.

 

6. CALA TAMARIUA ET LA CARRIÈRE

De la route, nous suivrons la rue qui monte à droite. Nous marcherons 700m jusqu'à ce que nous atteignions le point final. Après avoir contourné la montagne, nous aurons sur notre gauche une belle vue sur la plage de Tamariua et sa vallée, où se trouve une autre ancienne carrière de gneiss qui, pendant quelques années, a fourni des pavés pour paver les rues de Barcelone. Dans cette zone de la Tamariua, nous avons également observé quelques veines de pegmatite enserrées au milieu des schistes.