Information complémentaire

Itinéraire naturaliste de la Mar d'Amunt

Cet itinéraire, qui part de El Port de la Selva, coïncide sur certains tronçons avec le sentier de grande randonnée (GR11). Une fois le parcours termine, nous devons rebrousser le chemin. Le décompte aller-retour représente environ 20 km de traversée, et un temps total de six heures. L'itinéraire commence sur le Camí de la Costa qui est une continuation de la rue du même nom à El Port de la Selva.

 

1. CIM DE LA COSTA

De là, vous pouvez voir toute la baie de El Port de la Selva, et même le village de La Selva de Mar. Sur le versant nord, on peut voir la plage de Tamariua où se forme souvent un étang d'eau saumâtre près duquel abondent les tamarius.

 

2. CHEMIN VERS LE MAS PUIGNAU

C'est un ancien chemin carrossable qui servait à se rendre aux vignobles de Sant Baldiri. De part et d'autre on peut voir les plantes qui composent une végétation adaptée aux milieux méditerranéens de grande sécheresse, ainsi qu'exposée aux milieux septentrionaux et aux aérosols salins: asclépiades, œillets, steppes, argelagues, ronces, genêts, bruyère. La végétation arborée est absente en raison des incendies fréquents. Le sentier suit la rive gauche d'un ravin qui vient du Mas d'en Puignau. Avant cela, cependant, un autre torrent a été ajouté, le canal d'irrigation Fuster. Dans une demi-heure nous serons arrivés à Mas Puignau, actuellement en ruine. Il est temps de s'arrêter pour voir le Cap de Creus et le Gou à partir de là. Vous pouvez voir le sol de Cala Prona, nous pouvons le distinguer par les nuances plus claires de la roche.

 

3. ERMITAGE DE SANT BALDIRI

Nous quittons le Mas Puignau et nous dirigeons vers l'ermitage de Sant Baldiri. Pour y arriver nous traversons une pinède, un bosquet de steppes et de bruyère. Au pied de Sant Baldiri, nous pouvons voir de nombreux chênes verts qui donnent un feuillage très agréable à la région. Ici, on peut faire une pause après avoir marché environ 15 minutes. On peut voir des roseaux qui montrent la proximité de l'eau provenant d'un canal qui longe le côté est de l'ermitage.

 

4. MAS PALTRÉ

Si nous marchons encore 15 minutes, nous arriverons à Mas Paltré. C'est un chemin étroit qui traverse une colline en épargnant une petite pente qu'on peut difficilement franchir sans rencontrer les buissons de bruyère et les steppes qui vont nous côtoyer de part et d'autre. À un moment donné, ils sont si élevés qu'ils nous couvriront. C'est pourquoi cette végétation est appelée maquis (elle était utilisée par les "maquis" pour se cacher, à midi en France). En descendant la colline, nous arrivons au canal d'irrigation de Talabre où se trouvent des chênes-lièges et des chênes d'une grande beauté et taille. En contrebas du ruisseau se trouve une esplanade où l'on peut se reposer et profiter de la fraîcheur et du chant des oiseaux qui viennent souvent boir de l'eau à ces endroits.

 

5. CRIQUE DE TABALLERA

Si nous marchons 45 minutes, nous arriverons à Cala Taballera, où nous prendrons la piste forestière en laissant le Mas Paltré sur la droite, nous traverserons une pinède située sur notre droite, puis à côté d'une fougère qui se trouve dans un virage et enfin nous suivrons le chemin qui est flanqué de la zone de steppes et de bruyères, en direction de l'est. Lorsque la route se dirige vers le nord, elle suit un chemin qui traverse des propriétés bien délimitées par des murs encore bien conservés. Certains matériaux apparaissent avec des couleurs plus claires, probablement en raison de l'abondance de pegmatite qu'ils contiennent. Il convient de noter qu'avant d'atteindre le chemin qui descend à Taballera, il y a un buisson de myrte, l'un des rares spécimens restants dans la région. Nous descendons un chemin escarpé pour atteindre la crique, laissant sur la gauche quelques formations couchées d'arbustes jaguarzo mauresques, qui sont un bon exemple d'adaptation au vent et au sel marin. En arrivant à la plage de Taballera, le grand nombre d'environnements que l'on trouve est surprenant:

La prairie dans la zone des maisons de pêcheurs qui pénètre à l'intérieur de la plage près du puits.
La partie centrale de la plage est occupée par une mare d'eau salée avec des roseaux abondants et une végétation adaptée aux milieux salins.
De l'autre côté de la plage, on peut voir la végétation typique du littoral: œillets, plantains, érinacées, etc.
Sur le même rivage que le point précédent, en entrant dans la vallée, il y a une fougère "fougère aigle" qui montre que dans cette zone de la plage plus orientée vers le nord, il y a un degré d'humidité plus élevé.


6. MAS DE LA BIRBA

En 30 minutes, nous pouvons atteindre Mas de la Birba. En empruntant le chemin qui monte du côté opposé d'où nous venons, nous verrons le canal d'irrigation de Taballera qui révèle l'origine fluviale de cette crique. En arrière-plan, on peut voir le Puig Gros. Plus loin, nous trouverons le Mas de la Birba avec quelques champs qui le précèdent. Sur le côté droit il y a quelques affleurements de marbre avec des veines sombres. Le Mas de la Birba est une propriété privée, il ne faut donc pas se séparer du chemin.

 

7. PRAT DE ROGAMÒS

Nous l'avons trouvé à 30 minutes. En suivant le chemin forestier qui passe près du Mas de la Birba, nous nous dirigeons vers l'est jusqu'à trouver un champ de céréales sur le côté gauche de la piste. Nous le quittons en bordure du champ et arrivons à une dépression de terrain qui s'ouvre de plus en plus au nord, donnant naissance à une vallée très large avec une végétation abondante, et avec quelques étangs entourés de roseaux. Nous suivons cette dépression à travers la prairie en direction de l'est et trouvons un chemin qui nous mène à un point d'où l'on peut voir tout le Cap de Creus. On pren un détour à gauche vers le nord, qui nous mènera au canal d'irrigation de Cala Prona.

 

8. PLAGE DE LA PRONA

Dans une autre demi-heure, nous arrivons à Cala Prona, en suivant un canal d'une grande beauté et d'une végétation abondante. Ici les matériaux rocheux reprennent une coloration blanchâtre puisque la pegmatite abonde en quantité. On retrouve du myrte dans cette zone et des roseaux abondants qui montrent un certain degré d'humidité. Par un chemin assez cahoteuse, nous arrivons juste au-dessus de Cala Prona. Là, il convient de noter l'existence de quelques affleurements de pegmatite avec des formes d'érosion très marquées, très spectaculaires. Il y en a certains avec des trous assez grands pour s'adapter à une personne. Nous quittons ces pegmatites et arrivons immédiatement à Cala Prona où nous sommes surpris par sa beauté, avec une maison-abri de pêcheurs. Il convient de noter la petite plage en arrière-plan avec du sable fin abondant, aux couleurs sombres provenant de l'altération de schistes très gris. Les formes d'érosion de Cala Prona sont très marquées avec des crêtes et des trous abondants. La végétation est ce que l'on trouve dans la zone immédiate de la mer: soucis de mer, fenouil de mer, bolaga, érinacées, etc.

Cet itinéraire a été réalisé avec les conseils du Dr Santi Musquera de l'Université de Gérone.